Dans l'intimité de Marcel Proust

Accrochage présenté dans le cadre du festival « Le Paris retrouvé de Marcel Proust »
grâce aux prêts généreusement consentis par la Maison Tante Léonie – Musée Marcel Proust à Illiers-Combray  

Le Paris retrouvé de Marcel Proust
Proust, Henner, Dubufe et les autres

Le musée Jean-Jacques Henner a la particularité d’être installé dans l’ancien hôtel particulier du peintre-décorateur Guillaume Dubufe (1853-1909), figure mondaine emblématique du quartier de la Plaine Monceau.
Le décor et l’architecture éclectiques de cette maison d’artiste, son jardin d’hiver et l’histoire de ses occupants, évoquent particulièrement bien l’atmosphère de la Plaine Monceau de la fin du XIXe siècle. Quelle demeure de ce quartier d’artistes pouvait le mieux rendre hommage à Marcel Proust, qui habita, fréquenta et décrivit si bien dans son œuvre l’effervescence intellectuelle et artistique des salons de la Belle Epoque ?

Jean-Jacques Henner faisait partie du cercle des parents de Marcel, Adrien et Jeanne Proust, chez qui il est allé dîner plusieurs fois boulevard Malesherbes ; ses agendas, qu’il tenait parfaitement à jour, attestent de ces dîners et rendez-vous, comme ceux avec Sarah Bernhardt, les Dubufe ou Juliette Lambert, qui nous confirment qu’il était un habitué des soirées de la Plaine Monceau.
Quant à Guillaume Dubufe, premier propriétaire de ces lieux, il menait grand train, recevant chaque semaine dans son jardin d’hiver artistes et amis musiciens. On sait que Reynaldo Hahn vint chez lui, présenté par Jules Massenet.

On peut se plaire à imaginer de les voir tous réunis ici, dans ce témoignage unique d’une « maison-musée-atelier d’artiste », Dubufe et Henner en Elstir, le temps d’un festival dédié au grand esprit fédérateur que fut Marcel Proust.  


Créez votre site Web avec WordPress.com
Commencer
<span>%d</span> blogueurs aiment cette page :